Annick van Overstraeten devient CEO du Pain Quotidien

En mai dernier, celle qui fut durant 10 ans à la tête du réseau de franchise de Lunch Garden a quitté l’entreprise, poussée en quelque sorte par la sortie par l’actionnariat.

La nouvelle fonction qu’occupera Annick van Overstraeten n’est clairement pas une voie de garage. Après 10 ans passés à la tête du réseau de franchise de Lunch Garden, la femme d’affaires de 54 ans vient d’être désignée future CEO du réseau de franchise Le Pain Quotidien par le fonds M80, nouvel actionnaire majoritaire du groupe. “Je suis très contente de pouvoir démarrer lundi avec l’équipe actuelle et relever ce nouveau défi et faire du Pain Quotidien une success story”, déclarait-elle ce week-end à La Libre Belgique. “Nous sommes optimistes. Les chiffres en Belgique ne sont pas mauvais du tout. Nous sommes à 70 % du chiffre d’affaires de l’année dernière, ce qui n’est pas mal car on a réduit les heures d’ouverture, avec moins de tables. Bien sûr, la situation à Paris est un peu plus compliquée car il y a beaucoup moins de touristes. Mais les gens continueront à manger, reste à nous d’optimiser tout cela. Nous allons nous recentrer sur la Belgique, la France et le Royaume-Uni mais nous gardons nos franchisés dans le monde entier”.

Comme c’était déjà le cas à l’époque avec le réseau de franchise Lunch Garden, qui souffrait d’une image dépassée et d’une situation financière instable, la nouvelle CEO n’intègre pas un groupe en bonne santé. Le réseau de franchise Le Pain Quotidien vient en effet de sortir d’une réorganisation judiciaire et s’était tout récemment débarrassée de ses magasins aux Etats-Unis, déficitaires. De nombreux défis attendent donc Annick van Overtstraeten. Pour les remplir, elle sera entourée des groupes d’investissement M80 et Cobepa, mais également du fondateur de l’enseigne, Alain Coumont. Au sein du Pain Quotidien, la nouvelle CEO devra rétablir un navire en perte de vitesse, particulièrement touché par la crise sanitaire. “Nous allons mettre l’accent sur la nourriture, sur les clients et les franchises”, a précisé Annick van Overstraeten. L’idée est en effet de se recentrer sur des marchés plus proches, en l’occurrence ici la Belgique, la France et le Royaume-Uni.